Appel au renforcement de la résilience alimentaire des territoires girondins : signez la pétition !

Auteur(s) : Bruges urgence transition, Canéjan en transition, Castillonnais en transition, Entre-Deux-Mers en transition, Gradignan en transition (en création), Iles de Haute Gironde en transition, Libournais en transition, Parempuyre en transition, Rive droite en transition, Saint Loubès en transition, Saint Médard et Saint Aubin en transition, Transition au fil de l’eau (Flaujagues et environ) et Vallée de l’Isle en transition

Destinataire(s) :Mesdames et Messieurs les Député.e.s et Sénatrices.teurs de Gironde, Madame la Préfète de la région Nouvelle Aquitaine et du département de la Gironde, Monsieur le Président du Conseil régional Nouvelle Aquitaine, Monsieur le Président du Conseil départemental de la Gironde, Mesdames et Messieurs les Président.e.s de Bordeaux Métropole, des communautés d’agglomération et de communes de Gironde, Monsieur le Président du Conseil économique, social et environnemental de Nouvelle Aquitaine, Messieurs les Présidents des Schémas de Cohérence territoriale (SCoT) de Gironde, Messieurs les Présidents des Pôles d’équilibre territoriaux et ruraux (PETR) de la Gironde, Mesdames et Messieurs les Maires de Gironde, Mesdames et Messieurs les Conseiller.e.s régionaux girondins de Nouvelle Aquitaine, Mesdames et Messieurs les Conseiller.e.s départementaux de la Gironde, Mesdames et Messieurs les Délégué.e.s communautaires de la Gironde, Mesdames et Messieurs les Conseiller.e.s municipaux de la Gironde, Mesdames et Messieurs les Membres girondin.e.s du Conseil économique, social et environnemental de Nouvelle Aquitaine, Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil de développement durable de Bordeaux Métropole et des Conseils de développement de la Gironde

La pétition

Attends-toi à l’inattendu – Edgar Morin

La France exporte des produits agricoles, mais importe la moitié de ses fruits et légumes, 1/3 de ses volailles et 1/4 de ses porcs. L’UE à un stock de céréales de 43 jours, la Chine de 9 mois. Que se passera t-il lorsque le dérèglement climatique va frapper simultanément plusieurs gros producteurs mondiaux de céréales ?

Les maladies chroniques (cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, cancer, affections respiratoires chroniques, diabète…) sont la toute première cause de mortalité dans le monde avec 63% des décès. La mauvaise alimentation en est la cause principale.

Le confinement a permis une forte progression des circuits courts en bio. Le « renforcement de l’autonomie alimentaire » est attendu par 93 % des français. Mettre en oeuvre une politique de relocalisation de l’alimentation dans nos territoires, c’est rassembler et mobiliser autour d’une cause fédératrice, à une période où les français sont de plus en plus clivés.

Signataires de cet appel nous vous demandons :

  • de mener une politique volontariste de relocalisation de nos systèmes alimentaires en bio, en complémentarité avec les territoires, départements et régions périphériques
  • de valoriser un modèle agricole qui préserve le vivant, tel que la bio, la biodynamie, la permaculture, la polyculture-élevage, les micro-fermes, l’agroforesterie, les forêts-jardins, les éco-lieux…, qui fasse revivre les sols (humus), produit moins de CO2, en stocke, ne pollue pas l’air, l’eau, l’économise, creuse des mares, favorise le bien-être animal, réduit la mécanisation, encourage la traction animale, restaure les paysages, plante des arbres et des haies, préserve la biodiversité sauvage et cultivée, sélectionne et produit des semences locales adaptées, crée de nombreux emplois, améliore la santé des paysans, des voisins de leurs parcelles, des consommateurs, permet l’accès à une alimentation de qualité pour toutes et tous…
  • d’accompagner la mise en réseau des acteurs de cette révolution alimentaire et de les écouter : consommateurs, producteurs, transformateurs, commerçants, chercheurs, associatifs…
  • de réduire l’artificialisation des terres agricoles, de les reconquérir, de les renaturer
  • de faciliter l’installation en bio diversifiée : légumes, fruits, céréales, légumineuses, huiles, laitages, viande… (avec modération pour les deux dernières) https://parcel-app.org/
  • de mobiliser des aides pour les porteurs de projets, notamment des « hors cadre familial » et des viticulteurs en reconversion
  • d’encourager la mutualisation et la relocalisation à petite échelle d’abattoirs, de laboratoires, de moulins, de laiteries, de légumeries, de filières, de plateformes de distribution locale, de commerces de proximité, de production de nutriments, de compost…
  • d’encourager la recherche en agronomie et les formations bio, les filières low tech de production et de réparation de matériel, la production d’agromatériaux, l’autonomie énergétique des fermes, la conception d’outils numériques peu énergivore…
  • de sensibiliser sur la nécessité de diviser par deux notre consommation de viande et de laitage industriel au profit de fruits, légumes, légumineuses… bio et locaux
  • de recréer autour de l’agglo bordelaise une ceinture verte alimentaire en bio, via une vision politique partagée entre État, région, département, intercommunalités et le réseau des acteurs de la société civile
  • de viser les 100% d’alimentation bio et locale dans les structures que vous présidez (restaurants, hôpitaux, maisons de retraites, EHPAD…)

Tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi – Ghandi

Cet appel s’adresse aux élu.e.s, mais aussi à chacun.e des girondin.e.s, rien ne se fera sans la convergence entre une mobilisation citoyenne forte remontante et l’action publique descendante. Se mobiliser n’est pas que s’indigner et manifester, c’est agir concrètement et localement avec des actes individuels et collectifs. Rejoignez les association écologistes de votre territoire ou créez en s’il n’y en a pas.

Renforcer la résilience alimentaire est une étape dans le changement systémique de notre société vers une résilience globale. Il s’agit de mettre en place un fonctionnement démocratique relocalisé, de mobiliser l’intelligence collective, de réduire les inégalités sociales, de promouvoir un nouvel imaginaire plus sobre…

Nous avons l’opportunité de revoir nos fondamentaux et d’essayer autre chose. Le système dominant doit arrêter de verrouiller l’innovation. Il doit doit laisser ceux qui veulent essayer, essayer. Chaque territoire, collectivité, association, collectif, en fonction des conditions locales, doit pouvoir expérimenter de nouvelles manières de faire de la politique, de l’économie, de l’agriculture…

Contact Gironde : contact@gironde-en-transition.info et https://www.facebook.com/groups/122151955061861/

ou directement :
Bruges Urgence transition brugesurgencetransition@gmail.com
Canéjan en transition https://transition.canejan.fr/
Castillonnais en transition contact@castillonnaisentransition.org
Entre-Deux-Mers en transition lentredeuxmersentransition@gmail.com
Gradignan en transition gradignanentransition@ecomail.fr
Iles de Haute Gironde en transition iles.hgt@gmail.com
Libournais en transition pascalbourgois@aol.com
Parempuyre en transition asso-alain@orange.fr
Rive droite en transition rivedroite-transition@riseup.net
Saint Loubès en transition saintloubesentransition@ntymail.com
Saint Médard et Saint Aubin en transition transition33160@laposte.net
Savignac en transition savignac.en.transition33910@gmail.com
Transition au fil de l’eau labroussejpierre@gmail.com
Vallée de l’Isle en transition bernierbenedicte@yahoo.fr