Se chauffer au bois

En cette période hivernale, sentez-vous une odeur de cheminée dans les rues de Canéjan ? Le collectif Canéjan en Transition s’est penché sur les impacts du chauffage au bois et a produit une infographie sur la base des données locales de pollution de l’air. Téléchargez le ici : poele.pdf ou lisez ci dessous un résumé.

Le bois  est un moyen de chauffage efficace, respectueux de l’environnement et faible émetteur de CO2. Il constitue une ressource renouvelable, économiquement compétitive, génératrice d’emplois locaux durables et contribue à l’indépendance énergétique. Une attention doit être portée à la qualité de l’air. La combustion du bois émet des polluants atmosphériques, notamment des particules, des composés organiques et des polluants persistants, qui dépendent fortement du type d’appareil et de son ancienneté. Utiliser un appareil fermé (poêle, insert) et récent (label flamme verte) permet de minimiser ces pollutions.

Les polluants dans la communauté de communes Jalle Eau-Bourde

Parmi les polluants atmosphériques de notre communauté de commune, certains sont essentiellement originaires du chauffage des habitations : les particules fines (de taille 1 micron, 2.5 micron et 10 microns), les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Ce secteur est également responsable d’une grande partie des COVnM (composés organiques volatils non méthodiques) et du SO2 (dioxyde de souffre).

Les différents types de chauffage au bois : fermer son foyer ouvert

Selon l’ADEME, un appareil Flamme Verte 5* émet jusqu’à 30 fois moins de PM10 (particules fines) qu’un foyer ouvert (cheminée), tout en diminuant les émissions de CO (monoxyde de carbone) et en utilisant 7 fois moins de bois.

Une demi journée passée auprès d’un foyer ouvert est responsable d’autant de PM qu’un diesel qui roulerait pendant 3500 km.

Un appareil doit être bien dimensionné pour chaque situation. Un tirage trop faible émet des fumées, tandis qu’un tirage trop fort augmente trop la température des fumées. 

Des bonnes pratiques pour une combustion respectueuse

Allumage économique et moins polluant

En procédant à un allumage « inversé » en empilant les bûches des plus grosses en bas aux plus petites en haut, en les espaçant bien, les gaz polluants de l’allumage sont étouffés dans les flammes et finissent en combustible.

Du bois bien sec

Utiliser du bois ayant séché au moins 18 mois ( < 20% humidité) permet de diminuer ses émissions de CO (4 fois plus d’émissions entre 14% et 28% d’humidité).

Quel accompagnement ?

À canéjan, les particuliers qui souhaitent s’équiper en chauffage au bois efficace peuvent bénéficier:

Et côté santé ?

Une exposition à la pollution de l’air sur le long terme est plus dangereuse que des expositions ponctuelles lors des pics de pollution.

Dans le monde, 6.5 millions de décès prématurés chaque année sont attribués à la pollution de l’air. En France, rien que les particules fines (PM2.5) entrainent 48 000 décès prématurés chaque année.

Références (classées du plus locales aux plus globales)

Qualité de l’air sur Canéjan

Émissions de polluants dans l’air à Canéjan

Qualité de l’air en Nouvelle Aquitaine

Analyse des polluants de l’air en Nouvelle Aquitaine

Citepa (observatoire national)

En savoir plus sur les différents polluants atmosphériques, leur évolution au cours du temps, leur impact sur l’environnement et leurs sources d’émission.

Bilan des émissions en France de 1990 à 2017

Synthèse du bilan

Guides de l’ADEME

Guide pratique pollution air en 10 questions

Poêle à bois, chaudière ou insert ?

Le chauffage au bois, mode d’emploi

Aides financières

Rapport de l’agence nationale de santé

Rapport de l’anses : particules de l’air ambiant extérieur, impact sur la pollution